J'en avais très envie depuis sa 1ère édition, j'ai pourtant patienté et aimé la couverture du format poche autant que l'autre. Je vous propose les deux en illustration, reconnaissez qu'elles sont alléchantes, voire prometteuses ?!

 

glass broché

glass

 

 

 

 

Julia GLASS m'a fait vivre plusieurs saisons à NewYork, Bank Street, une vie de quartier qui entoure la crise d'un couple. Quelques personnages, pas trop, vont se lier et se délier jusqu'à un événement collectif et des dénouements personnels plus ou moins heureux. Des vies comme d'autres, des personnages parfois troubles et des situations obscures, ont alterné mon attachement par des chapitres très très longs, le roman l'est aussi : plus de 800 pages.

C'est la construction du roman qui a fait mon inconfort, la longueur des chapitres mais aussi des complexités inutiles de "Flash-Back" et autres "retour vers le futur", bien que l'ensemble soit plaisant et les dénouements intéressants. J'ai beaucoup aimé les seconds rôles, bien plus intriguants que le couple central à l'histoire, ce sont eux qui m'ont menée au terme de ce pavé pour connaître leur devenir ou la vérité de leur passé.

Il est bien sûr question de recettes et gourmandises dans ce roman puisque Greenie, le personnage principal, est pâtissière et que son ami Walter, second rôle de loin le plus attachant, est restaurateur. Cependant leurs choix de vie et leurs relations sont au coeur de l'histoire, préservant le lecteur d'un surdosage en sucre ou sauce et il  est heureux que l'auteur ait su mesurer cet ingrédient du récit car la gastronomie américaine n'est pas toujours sécurisante : " Le jeudi elle prépara des sandwichs au filet de porc nappé de moutarde au piment, une soupe poire-betterave au beaujolais et à l'aneth"

Un investissement de mon temps de lectrice que je ne regrette pas vraiment, mais je m'attendais à plus savoureux...  piégée par les couvertures !