kitchen 1/26 du Challenge ABC2010

On notera que je suis en liste de ce challenge dans le but avoué de diminuer ma PAL, mais que curieusement le premier livre lu est le seul de ma liste challenge que je suis allée acheter pour répondre à la lettre Y, une des rares lettres qui manquaient à ma PAL.

D'évidence on comprendra que ce choix était opportun, j'errais sur vos blogs à la recherche d'un Y quand vos avis m'ont convaincue. J'ai déjà lu 2 fois ce titre depuis fin décembre, il m'a un peu apaisée, il ne suffira pas bien sûr, le deuil est un long chemin solitaire ; néanmoins ce livre assure de la lumière que l'on retrouve tout au bout du parcours. Ce chemin du deuil semble être le même pour tous, c'est ce qui m'a rassurée : retrouver sous la plume de l'auteur des sentiments éprouvés.

Deux récits :

Kitchen

Mikage est une jeune fille passionnée par la cuisine, tant la pièce que l'art culinaire, le décès de sa grand-mère la laisse seule au monde. Dit comme ça c'est très triste, mais il n'en est rien. Sérénité et luminosité se dégagent du récit. Mikage énonce les vérités de la vie et du deuil, rencontre sur son parcours des personnages bienveillants et sincères qui l'aideront à ouvrir de nouveau son coeur. Le problème pour ceux qui restent est de s'autoriser à vivre. Et vivre c'est avec les autres.

J'ai souligné de nombreux passages au fil des pages. Celui qui m'a le plus estomaquée, écrit par une jeune fille de 23 ans :

"Chacun est fait pour vivre ce qu'il est. Le bonheur, c'est de mener une vie où rien ne vous oblige à prendre conscience de votre solitude."

Moonlight Shadow

Le deuxième récit reprend le thème du deuil, Satsuki est aussi une très jeune femme qui subit une perte, violente, celle de son amoureux. Elle met en place des stratagèmes de survie, elle s'impose des efforts physiques et des rencontres sociales alors qu'elle n'a envie que d'une seule chose : revoir Hitochi. Elle y parviendra, il y a des signes qui parviennent de l'au-delà ...

Mon avis sur ce recueil est entier, évidemment tout me parle, je m'y retrouve à chaque page. Nous vivons tous je pense la même douleur à la disparition d'un être cher. Ce livre est indispensable à tous hélas, une lecture essentielle, un baume nécessaire, sous la main dans sa bibliothèque comme le doliprane dans la table de nuit, au cas où.

" C'était le choc du réveil qui était terrible"

" Une expression nouvelle était apparue sur nos visages. Celle des gens qui luttent pour ne pas penser aux personnes qu'ils ont perdues."

47668423_p