hiver

Je continue d' affirmer qu' Amélie NOTHOMB est un de mes auteurs préférés, un peu comme par fidélité, au moins en souvenir des plaisirs rendus. Le dernier roman que j'ai apprécié date de 2007 "Ni d'Eve, Ni d'Adam". Mais à cette exception, depuis "Métaphysique des tubes" chaque rentrée fait suite aux déceptions.

Tout d'abord il y a escroquerie à nommer Roman une Nouvelle écrite en gros caractères ; ensuite il y a lassitude. Cette fois encore on retrouve les thèmes obsessionnels de l'auteur : la laideur/la beauté, le douloureux rapport à la nourriture, l'amour impossible et exalté, les prénoms improbables. Dans un bon NOTHOMB tous ces ingrédients ne sont que prétextes à une plume insensée et un humour ciselé. Hélas, dans "le voyage d'hiver" aucun génie ne vient transcender le lecteur, et l'histoire est franchement grotesque.

Le portrait des studios Harcourt en couverture sauve la mise, à défaut d'être un bon roman ce livre est un bel objet.

Offert comme chaque année par mon amoureux défunt, c'était le dernier. Lu dans le cadre du challenge ABC2010.

47668423_p