gounelle

J'ai bu les 100 premières pages d'une seule traite !

Sous forme d'un roman, un enseignant en vacances à Bali décide de rencontrer un sage-guérisseur alors même qu'il n'est pas malade, et il ne le regrettera pas.

D'une écriture fluide et sans malice, Laurent Gounelle nous donne quelques leçons de développement personnel ; au départ principalement axées sur l'image de soi, la confiance en soi telle qu'on nous l'a donnée ou pas, puis la prise de conscience de sa véritable volonté.

Très enthousiaste de ma lecture au début du livre, où l'auteur m'a convaincue qu'il faut rectifier l'image que l'on a de soi avant de faire changer le regard des autres, ce qu'il explique très clairement. Pourtant, avec un peu de recul sur ma lecture, je pense que dans le fond les conseils du sage incitent au paraître et au bluff. Pour faire simple : il faut se croire beau pour qu'on vous voit comme tel, et il suffit de se croire "capable de" pour "parvenir à". Dans le premier cas on prône l'illusion du paraître, on encourage les signes extérieurs et la simulation ; dans le suivant on préconise le coup de bluff. Je ne prétends pas que ce soit inefficace, bien au contraire, je dis que c'est moralement très discutable. 

Si on a déjà lu quelques ouvrages de vulgarisation en psychologie, on trouvera que Gounelle enfonce des portes ouvertes. Notamment sur le fait que les enfants admirés de leurs parents jouïssent d'une grande confiance en eux à l'âge adulte.

Ce petit roman a néanmoins l'avantage d'être très agréable à lire, sous couvert d'une histoire bien contée, exotique et délassante.