boutiquescaf_ ça y est j'ai découvert Patrick Modiano, deux fois de suite, la première impression confortée par la deuxième. Tout premier étonnement : un genre inclassable, certainement pas du roman policier, ni du roman noir, et je n'attendais aucun des deux, mais le genre flirte avec l'enquête, le mystère. Un genre Modiano que je nommerais "recherche". Pris au hasard, l'un d'une foire aux livres, l'autre d'un état de manque en gare st lazare, deux titres que je n'ai pas soupesés avant l'achat, qui se sont révélés si proches. Deux recherches d'identité, d'une vie passée si fugitive, qu'en reste-t-il ?

Rue des boutiques obscures

Le premier lu, au coeur de l'été. Modiano est l'auteur idéal d'une douce soirée, du temps retrouvé pour le hamac et les cigales. Une sorte de bonheur malgré des histoires au fond assez amer.

C'est l'histoire d'un homme à la recherche de son identité, de son passé oublié. Autant de mystère que de nostalgie. Que reste t il de notre vie ? serait un résumé facile de ce récit troublant, truffé de questionnements et d'incertitudes pour lesquelles nous aurons chacun une réponse personnelle.

Dans le café de la jeunesse perdue

Déambulations parisiennes, des noms de rues, un bistro en particulier, des lieux précisés. Une tranche de vie commune à des personnages que l'auteur ne présente que superficiellement autour d'une femme mystérieuse. D'abord intriguée par le secret d'une femme, je me suis ensuite laissée entraîner dans les errances de Modiano, des dérives d'insomniaques, j'ai visité Pigalle d'avant les bandes rivales. Cette femme n'est qu'un prétexte à suivre le promeneur solitaire qu'est Modiano.

Deux romans qui révèlent parfaitement la passion des Delerm père & fils pour Patrick Modiano. Le style tranquille, pertinent mais prudent de Philippe Delerm est imprégné de Patrick Modiano, alors que Vincent Delerm lui n'hésite pas à faire des promenades de Modiano un sujet de chanson. On retrouve chez Vincent Delerm une façon de citer des noms très proche de celle de Modiano. Je suis contente de pouvoir faire le lien entre la sensibilité des Delerm et le style Modiano après ces lectures.

Je relirai probablement Patrick Modiano

34104249_q    pal_q